Interview with Hideaki Anno (French)

Transcript of a French anime writer discussion of anime and Evangelion (anime, NGE, interview)
created: 28 Feb 2012; modified: 30 Sep 2017; status: finished; confidence: log; importance: 0

May 1997 AnimeLand #32, pages 19-21; English translation, original scan (thanks to Emile Kroeger who received my purchased copy & scanned it for me). Transcription by myself.

Interview Hideaki Anno

[page 19]

[Image, right, of Hideaki Anno with short black hair, thin moustache and beard, wearing a hoodie-vest over rolled-up long-sleeved white shirt, flashing a V-sign.][Caption right: Youpi, les gars, je vais passer dans AnimeLand!] [Caption middle-right: Cela faisait bientôt trois semaines que je me trouvais au Japon, et je n’avais toujours pas eu de réponse de la part de Gainax, pour l’interview tant espérée avec le maître incontesté des Otakus: Hideaki Anno. Enfin, le coup de téléphone tant attendu retentit, j’aurais mon interview le vendredi 4 octobre au studio Gainax même. Il était temps, je quittais le Japon le dimanche 6!]

AnimeLand: D’où vous est venue cette passion pour l’animation et le manga?

Hideaki Anno: Depuis mon plus jeune âge. Mon univers a été bercé d’animation mais aussi de séries dites live-action.

AL: L’animation japonaise connaît un très grand succès en Europe, mais elle est aussi très décriée pour diverses raisons comme son contenu ou encore son graphisme. Qu’en pensez-vous?

HA: A l’origine, et aujourd’hui encore, les animations japonaises sont des produits de consommation courante, créées pour un public japonais. Il est en effet amusant de voir le succès de ces animations à l’étranger, mais je pense que les fans de partout ont les mêmes goûts. L’animation est un language universel.

AL: Parlons graphisme justement. On dit que les personnages ont de grands yeux. Alors, d’où peuvent venir ces jeunes filles aux grands yeux et à la poitrine surdéveloppée?

HA: Tout dépend des goûts de chaque animateur. Certains personnages sont créés pour être sexy, d’autres non. Il faut aussi savoir que les animateurs font passer énormément d’expressions à l’aide du visage, et surtout des yeux. Il est donc normal que les yeux des personnages soient si importants.

AL: Pourtant, les fans semblent apprécier.

HA: Bien sûr, c’est la même formule qui rend les Idols aussi populaires. Elles ne sont pas vraiment humaines, elles ne sont qu’un dessin sur un bout de papier, incapables de faire quoi que ce soit, et hors de la portée de leurs fans. Quand un garçon fait l’amour à une fille dans un dessin animé par exemple, ce n’est qu’une partie du scénario, il n’y a rien de plus, et le fan le sait, il prend du recul par rapport à ce qu’il voit.

AL: Pourtant, certains de ces fans en viennent à ne plus sortir avec de véritables filles…

HA: Il est vrai que certain fans d’animation ont malheureusement ce comportement.

AL: Et pourtant vous continuez à créer ce genre de personnages pour eux.

HA: Il faut que vous rendiez compte que l’animation japonaise est un industrie à majorité masculine et bien évidemment, tout est créé pour leur plaisir. De plus, il est plus plaisant pour nous de dessiner ce genre de personnages, que des vieilles grands-mères.

AL: Donc en fait, les animateurs dessinent leur propre idéal féminin sur celluloïd?

HA: C’est bien plus facile. Les personnages d’animation ne trichent pas. Ils ne vous laisseront pas tomber pour quelqu’un d’autre. L’animation est sur certains points, très proche de l’industrie du porno. Tous vos besoins physiques sont assouvis. Vous pouvez regarder différentes animations et y trouver tous ce que vous désirez.

AL: L’animation japonaise est traditionnellement dominée par des héros ou des personnages masculins. Pourtant depuis quelques temps, nous assistons à une inversion totale des rôles.

HA: D’une part, la moitié de la population est composée de femmes, d’autre part, le Japon n’a pas connu de guerres depuis près de deux générations, ce qui veut dire que nous avons de plus en plus de fortes femmes, et des hommes qui deviennent plus faibles avec le temps.

AL: Vous documentez-vous lorsque vous vous vous préparez à faire une nouvelle série, comme 20 000 Lieues sous les mers pour Nadia, par exemple?

[page 20]

[Caption left: Les trois superbes héroines de la série d’OAV Top O Nerae Gunbuster][Caption middle: La jolie et mystérieuse Rei dans Neon Genesis Evangelion] [Caption bottom: «Fais-moi un sourire…» ou quand Evangelion rend visite au dentiste]

HA: Pas vraiment, disons que je prends un idée de base, et je la développe ensuite à mon idée. Ceci dit, j’ai déjà lu et vu à plusieurs reprises les adaptations du roman de Jules Verne.

AL: Avez vous reçu des plaintes pour avoir utilisé des concepts de la religion chrétienne? Les anges sont censés représenter quelque chose de bon, de bien, ce qui ne paraît pas vraiment le cas dans Evangélion.

HA: Je ne connai pas beaucoup de choses en religion chrétienne, et je n’avais pas l’itention de m’en rapprocher ou de critiquer quoi que ce soit. Ceci dit Lucifer n’était-il pas un ange lui-même avant d’être déchu?

AL: Imaginons qu’une compagnie européenne décide d’acheter les droits d’Evangelion, et de changer certaines scènes en rapport avec la religion. Seriez-vous d’accord pour censurer ces scènes?

HA: Je ne sais pas, il faudrait voir les circonstances. Après tout, cette série a été faite pour un public japonais.

AL: Evangelion a un très grand succès au Japon en ce moment. La fin de Death and Rebirth devrait être diffusée en même temps que le dernier Hayao Miyazaki. N’êtes-vous pas inquiet d’une telle confrontation?

HA: Pas vraiment. Je pense que les gens iront voir les deux. Les sujets que les gens iront voir les deux. Les sujets sont très différents, et Hayao Miyazaki est assez connu, je ne me fais pas de soucis pour lui.

AL: Les animations américaines et européennes semblent de plus en plus étouffées par leurs lois et leurs codes de discipline alors que les animations japonaises, au contraire, offrent des sujets et des personnages plus adultes. Ne croyez-vous pas que le schisme et les problèmes que recontrent l’animation japonaise viennet de là?

HA: En fait, je pense qu’une certaine censure est nécessaire, mais il n’est pas normal que nous devions être aux ordres d’une minorité bien pensante. Je ne pense pas qu’on puisse tout se permettre pour le soi-disant bien-être et la protection des enfants.

AL: La violence semble pourtant être plus admissible par ces gens-là, que la notion de sexe. Cela ne vous semble-t-il pas aberrant?

HA: Le contexte de loi diffère évidemment selon les pays et les époques. La seule constant universelle est la soif de l’homme pour le sexe et la violence. Il faut donc essayer de gérer ceci sans pour autant tomber dans un excès inverse et le lavage de cerveaux. Les films sont extêmement influençants et puissants, surtout comme outils de propagande.

AL: On dit que le Japon souffre d’une pénurie de scénaristes, et que l’animation aujourd’hui connaît une crise. Qu’en pensez-vous?

HA: Concevoir et réaliser une série d’animation est extrêmement onéreux de nos jours. Il est normal que les producteurs et les sponsors fassent attention à leurs investissements et veuillent s’y retrouver au niveau financier, d’où le nombre de remake important ou encore de séries poussées jusqu’à épuisement total du filon. Néanmoins je ne pense pas que l’animation japonaise soit en crise, elle évolue et s’adapte au public qu’elle vise.

AL: Et en ce qui vous concerne, Gainax vous a-t-il laissé libre de vos mouvements, ou bien étiez-vous limité?

HA: Non, Gainax a examiné mon projet pour Evangelion et m’a dit OK, vous avez carte blanche. Je n’ai jamais été limité sur quoi que ce soit, si ce n’est peut-être sur le temps et l’argent.

AL: Vos séries ont toujours connu un succès énorme. Pensez-vous, du fait de votre condition de fan, voire d’Otaku, et vos connaissances du milieu, vous aient aidé pour votre travail?

[page 21]

[Caption right top: Debout, c’est l’heure!][Caption right upper middle: Ben quoi, qu’est-ce qu’il a mon costume?] [Caption right lower middle: Shinji et Asuka à la conquête du public japonais][Caption right bottom: Des combinaisons inspirées de Gundam et Yamato dans l’OAV Otaku no Video] [Caption bottom: Une illustration parodique de nombreuses séries (Daicon IV, Maross [sic], Yamato etc.)]

HA: Je ne sais pas. J’ai utilisé les ingrédients qui me plaisaient et qui me paraissaient nécessaires pour faire avancer l’histoire. J’ai aussi réutilisé les concepts en vigueur à l’époque. Lorsque j’entends les critiques de la part des fans quant à la fin d’Evangelion, je me demande vraiment si on peut dire que j’ai une aussi bonne connaissance du milieu comme vous semblez le dire.

AL: D’où vous est venue l’idée des EVA?

HA: Je me suis inspiré des démons japonais. Je leur ai donné une apparence plus moderne, mais ce genre de personnages existent depuis très longtemps.

AL: Il semble qu’il existe une sorte de message récurrent dans votre série, c’est que l’on ne peut pas vivre seul, ou encore à l’écart d’un groupe ou d’une entité ethnique. Pourquoi un tel message, s’address-t-il aux Otakus, qui vivent quand même dans un monde relativement à part?

HA: On peut trouver dans n’importe quel film ou série, le message que l’on veut y trouver. Je n’ai pas voulu faire passer tel ou tel message en particulier, mais le fait que vous réfléchissiez comme tel est déjà une bonne chose. J’ai fait Evangelion pour me faire plaisir et pour fair plaisir aux amateurs d’animation, en essayant de fédérer le plus large public possible.

AL: Vous êtes aussi un grand amateur de séries live, du genre de Ultraman, de Godzilla, etc… Avez-vous puisé quelques inspirations dans ce genre de programmes?

HA: Évidemment, ce genre de programmes fait aussi partie de ma culture cinéphile et télévisuelle. Je n’ai pas pris des idées dans ce genre de programmes, mais je pense qu’il ya a de nombreuses réminscences de ceux-ci, dans mes oeuvres.

Al: Continuez-vous à regarder ce genre de programmers encore aujourd’hui?

HA: Lorsque mon travail m’en laisse le temps, j’essaie de regarder la télévision, ou d’aller au cinéma. Il est clair que ma passion pour ce genre de programmes est restée quasi intacte. Dernièrement j’ai pu aller voir Gamera 2, et ce fut très agréable, ce film est vraiment très bien.

AL: Avez-vous de projects après les deux films d’Evangelion?

HA: J’avoue que je n’y ai pas beaucoup réfléchi ces derniers temps, mais j’ai déjà une vague idée qui me trotte dans la tête. Je m’y mettrais sérieusement après le mois d’août, et une petite période de repos bien mérité.

AL: Merci beaucoup Monsieur Anno.

Interview réalisée et traduite par Pierre Giner